Saisons de mets

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Mot-clé - potassium

Fil des billets - Fil des commentaires

mercredi 13 juillet 2016

Le pourpier: une mauvaise herbe qui nous veut du bien!

Le pourpier (Portulaca oleacera) dont le nom vient du latin populaire « pullipes » , littéralement pied de poulet à cause de sa forme, est considéré à tort comme une mauvaise herbe sans doute parce que ses tiges rougeâtres, ramifiées et rampantes sont plutôt envahissantes.

C'est pourtant une des plus anciennes plantes potagères.

Originaire des régions tropicales et subtropicales de l'ancien monde et de l'Ouest de l'Asie , il était cuisiné comme un légume en Perse et utilisé comme plante médicinale en Egypte, il y a 2000 ans de cela .

Appelé Portulacca par les Romains et Andrachme par les Grecs, il figurait également à leur menu. Les Arabes en raffolaient paraît-il et des recettes du Moyen-âge le citent, haché, en ragoût.

Sa culture était très répandue dès le XIIIème siècle et il avait même sa place , au XIVème siècle,dans les jardins princiers quand il fut introduit en Europe en 1582 par les anglais.

Le jardinier de Louis XIV, Jean-Baptiste de la Quintinie, avait empiriquement conclu aux excellentes propriétés nutritionnelles du pourpier et le classait parmi les salades de santé”.

Tombé ensuite dans l'oubli, il est longtemps resté introuvable hormis sur les marchés d'été du Sud de la France . C’est le succès du régime crétois qui l'a remis sur le devant de la scène.

Où et quand le cueillir, comment le reconnaître?

Lire la suite...

lundi 12 octobre 2015

Dans la série "Mes bonnes résolutions pour la rentrée" : Mon assiette anti-ostéoporose

L'ostéoporose n'est pas une maladie mais un simple facteur de risque lié au vieillissement naturel des os qui se fragilisent et rendent les fractures pus fréquentes.

Elle accompagne souvent l’arrivée de la ménopause chez la femme car les oestrogènes n’exercent plus leur effet protecteur sur les os. Mais, contrairement à ce que l'on a pu penser, cette baisse d'oestrogènes n'est pas le principal responsable de la perte osseuse. Les récentes études ont démontré que parallèlement, une inflammation chronique et un stress oxydant s’installent et s’exacerbent à mesure que le vieillissement progresse : ces molécules inflammatoires qui augmentent, accélèrent cette perte osseuse.

Si l'ostéoporose a de nombreuses causes : les hormones, l’âge, le sexe, le poids, la sédentarité, le déficit en vitamines, l'alimentation mal équilibrée, on admet aujourd'hui qu'une acidose chronique induit une réduction de masse osseuse et qu’un traitement alcalinisant peut prévenir et ralentir cette perte osseuse. En effet, par un système dit tampon, l'organisme qui ne peut fonctionner en acidose, va puiser dans les minéraux alcalins des os (le calcium en particulier) pour compenser.

Lire la suite...