Saisons de mets

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Mot-clé - défenses antioxydantes

Fil des billets - Fil des commentaires

lundi 12 octobre 2015

Dans la série "Mes bonnes résolutions pour la rentrée" : Mon assiette anti-ostéoporose

L'ostéoporose n'est pas une maladie mais un simple facteur de risque lié au vieillissement naturel des os qui se fragilisent et rendent les fractures pus fréquentes.

Elle accompagne souvent l’arrivée de la ménopause chez la femme car les oestrogènes n’exercent plus leur effet protecteur sur les os. Mais, contrairement à ce que l'on a pu penser, cette baisse d'oestrogènes n'est pas le principal responsable de la perte osseuse. Les récentes études ont démontré que parallèlement, une inflammation chronique et un stress oxydant s’installent et s’exacerbent à mesure que le vieillissement progresse : ces molécules inflammatoires qui augmentent, accélèrent cette perte osseuse.

Si l'ostéoporose a de nombreuses causes : les hormones, l’âge, le sexe, le poids, la sédentarité, le déficit en vitamines, l'alimentation mal équilibrée, on admet aujourd'hui qu'une acidose chronique induit une réduction de masse osseuse et qu’un traitement alcalinisant peut prévenir et ralentir cette perte osseuse. En effet, par un système dit tampon, l'organisme qui ne peut fonctionner en acidose, va puiser dans les minéraux alcalins des os (le calcium en particulier) pour compenser.

Lire la suite...

mardi 13 janvier 2015

Diététique anti-arthrose

L’arthrose est une maladie inflammatoire et oxydative : sous l'effet conjugué de l'inflammation et des radicaux libres, l'équilibre entre la formation et la destruction du cartilage est rompu, ce dernier s'amincit, est mal réparé, se détruit peu à peu. C'est également une maladie « d'encrassage » : des molécules d’origine alimentaire ou bactérienne qui ont pénétré indûment dans l’organisme via l’intestin grêle encrassent le cartilage.

S'il n'existe pas de solutions miracles, une alimentation adaptée permet de contrôler l'évolution de l'arthrose.

Plusieurs études scientifiques ont fait apparaître ces dernières années que certains aliments ont le pouvoir d'abaisser de manière significative le niveau d'inflammation (diminuer l'inflammation c'est diminuer la douleur !) et d'optimiser la protection antioxydante. Elles ont aussi montré que gluten et lactose favorisent la perméabilité de l'intestin grêle, enclenchant ce processus d'encrassage cellulaire et tissulaire.

6 règles diététiques simples à appliquer :

Lire la suite...