Saisons de mets

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Mot-clé - apéritif sans gluten ni lactose

Fil des billets - Fil des commentaires

vendredi 16 juin 2017

Apéritifs festifs sans gluten ni lactose (III / Les « accro » au grignotage et au « trempage », respecteront quelques règles...)

III / Les « accro » au grignotage et au « trempage », respecteront quelques règles...

Plutôt que des chips et autres biscuits salés industriels, proposez à vos invités des fruits secs oléagineux à haute densité énergétique, riches en acides gras insaturés, protéines et fibres dont la consommation favorisera la satiété et permettra une réduction des apports alimentaires pendant le buffet apéritif et le repas qui s'en suivra (noix de cajou, amandes, noisettes...)

sauce_graines_de_tournesol.png

Offrez de jolis légumes colorés à croquer : radis, jeunes carottes, mini-concombres, tomates cerises.. et plutôt qu'une mayonnaise classique un peu lourde à digérer, confectionnez des sauces trempettes parfumées, onctueuses et digestes.

Lire la suite...

vendredi 09 juin 2017

Apéritifs festifs sans gluten ni lactose (II/ Mettez les mains dans la farine !)

II/ Mettez les mains dans la farine !

Pour les inconditionnels des cakes et autres gâteaux, pas de frustration...il est possible de s' adonner à sa gourmandise en respectant ses intolérances et, de plus, en toute légèreté.

Si la farine de pois-chiches est particulièrement adaptée, goûteuse et donnant de la tenue associer avec de la farine de riz pour une saveur plus douce ou avec de la farine de sarrasin pour un parfum plus corsé) toutes les fantaisies sont permises : farines de teff, de soja, de lupin, de souchet... avec la possibilité de remplacer une part de farine par son poids de graines de courge ou d'amandes moulues.

madeleines.JPG

Lire la suite...

vendredi 02 juin 2017

Apéritifs festifs sans gluten ni lactose (I/ A vos tartines !)

La pratique de l'apéritif qui, au 19ème siècle, se rencontrait surtout dans les milieux aisés se popularise au 20ème siècle dans les années 40.

Vécue aujourd’hui comme un temps festif privilégié, les français seraient 77% à la pratiquer au rythme d'une fois par semaine environ.

Prélude aux déjeuners de famille, aux repas entre amis, aux « repas-partages » associatifs, l’apéritif reconnu comme un joyeux moment convivial peut s’avérer problématique tant pour les intolérants au gluten et au lactose que pour les personnes présentant des troubles métaboliques car trop souvent encore il étale sur nos tables chips, cacahuètes grillées salées, biscuits apéritifs trop gras et trop salés, charcuteries...décorés de quelques tomates cerises hors saison sans qualité gustative ni qualitative !

Alors comment allier plaisir et santé sans faire l’impasse sur cet incontournable temps de partage chaleureux?

En supprimant par exemple l'entrée du repas, lequel peut se résumeralors un plat unique convivial, et en la remplaçant par des préparations « maison » saines et savoureuses :

tartinade_tofu_fenouil.png



Lire la suite...

jeudi 14 avril 2016

En avril, l'apéritif est festif et sans gluten ni lactose !

Le mot apéritif a été emprunté au latin médiéval aperitivus, du verbe aperire qui signifie « ouvrir ». Jusqu'au 17ème siècle, médicalement, aperitivus désignait tout ce qui « favorise l'élimination » et ce n'est qu'au 19ème siècle que ce terme puis l'emploi du substantif « un apéritif » désignent tout« ce qui ouvre l'appétit ».

Les premières boissons étaient élaborées à partir de certaines plantes reconnues pour ces propriétés apéritives et avaient pour missiond'ouvrir l’appétit, de soulager les maux d’estomac, de faciliter la digestion.

L'introduction de l'alcool remonte à la fin du 19ème siècle et la pratique de l'apéritif qui se rencontre surtout dans les milieux aisés se popularise au 20ème siècle dans les années 40, devenant aussi l'occasion de découvrir et mettre en valeur une multitude de produits : fromage, charcuterie, olives, tartines, cacahuètes, biscuits ...

Aujourd'hui l'apéritif est un temps festif privilégié que les français seraient 77% à pratiquer au rythme d'une fois par semaine environ.

Prélude aux dîners de famille ou entre copains, façon « dîner-dinette » lorsqu'il est qualifié de dînatoire, il est souvent vécu comme un joyeux moment convivial mais peut devenir problématique pour les intolérants au gluten et au lactose tout comme, du reste, pour les personnes présentant des troubles métaboliques car trop souvent encore il étale sur nos tables chips, cacahuètes grillées salées, biscuits apéritifs trop gras et trop salés, charcuteries...décorés de quelques tomates cerises hors saison sans qualité gustative ni qualitative !

Alors comment allier plaisir et santé car il ne s'agit pas de se priver de ce partage chaleureux et de ce moment de détente qui débute une soirée amicale ou familiale ?

Lire la suite...