La médecine traditionnelle chinoise nous apprend que nous sommes, énergétiquement, déjà dans le printemps.

Toutefois, la température extérieure très fraîche n’est pas favorable à une alimentation de saveur acide, liée à l’énergie du printemps et au foie, ni trop crue car il convient de continuer à soutenir la rate et de conforter les fonctions rénales, stimulées par des aliments et des cuissons tonifiant le rein.

En effet, en médecine chinoise, le rôle de la rate est capital, elle est l’organe majeur du processus digestif : responsable du transport et de la transformation des liquides organiques et de tout ce que nous mangeons, la rate doit fournir l’énergie pour « cuire » le bol alimentaire contenu dans l’estomac. La rate métabolise donc les aliments mais également régule la faim. La saveur qui lui est associée est le doux mais en excès, le doux lèse la rate.

Il convient en cette fin d’hiver/début de printemps chinois, de continuer à consommer des aliments de saveur douce et d’introduire que très progressivement ceux de saveur acide afin d’éviter que le foie devienne trop « puissant » ce qui entraînerait de sa part un contrôle excessif sur la rate, laquelle faiblirait alors dans ses capacités digestives.

De la même manière, il est important de veiller à protéger l’énergie du rein dont la fonction est de contenir notre réserve d’énergie, que nous avons restaurée en hiver en nous reposant, en nous couvrant bien et grâce à une diététique appropriée. Aussi est-il nécessaire de continuer à manger cuit, chaud et de consommer des aliments qui vont le nourrir et le tonifier ?

Parallèlement, il est impératif d’éviter l’excès de nourriture afin de ne pas courir le risque de fatiguer l’estomac, lequel, surchargé, fatigue le rein, de provoquer la stagnation de l’énergie du foie ou le surmenage de la rate.