1/ Aidons le Foie, principale « usine de détoxination et détoxification » de l'organisme ...

Organe le plus volumineux du corps humain, le foie assure jour et nuit plus de cinq cents fonctions en parallèle. Une vraie « usine » dont les actions se répartissent en trois grandes catégories : épuration, production-synthèse et stockage.

➢    Le foie a d’abord un rôle de filtre, c’est un émonctoire majeur : il épure et détoxique le sang des polluants qui ont franchi la barrière intestinale. Il a la capacité de transformer les déchets pour les rendre moins toxiques et facilite, avec l’aide des reins, leur élimination. Les déchets sont produits par l’organisme et ceux ingérés, comme l’alcool, les médicaments ou les « poisons » de l’agriculture intensive et de l’alimentation industrielle. Cette action d’élimination se fait surtout la nuit, d’où l’importance de manger léger le soir.

➢    Le foie produit environ un litre de bile chaque jour. C’est elle qui transporte les substances toxiques pour qu'elles soient efficacement éliminées de l'organisme. De plus, elle émulsionne les graisses et les vitamines liposolubles dans l'intestin, améliorant leur absorption. Favoriser excrétion et sécrétion biliaire permet donc de libérer plus facilement les toxines et de maintenir le foie en bonne santé.

➢    Il participe également à la production des corps cétoniques lorsqu’il « consomme » les graisses de l’organisme, à celle des acides gras, du cholestérol, des protéines et des facteurs de la coagulation sanguine, tout en régulant le taux d’hormones.

➢    Le foie est aussi un organe de stockage. Il emmagasine le fer, certaines vitamines (A, D, B9, B12, K), des graisses qu’il utilise pour fabriquer le cholestérol et des sucres sous forme de glycogène (réserves glucidiques).

Pour accomplir toutes ces tâches, le foie doit posséder une très grande vitalité.  Surchargé, il va vite s’épuiser et induire un certain nombre de pathologies ou de déséquilibres. Des désagréments les plus bénins : mauvaise mine, manque d'entrain, état nauséeux permanent, réveils nocturnes (entre 1 h et 3 h du matin) jusqu’à de vraies maladies comme les hépatites, la stéatose (foie gras), les cirrhoses ...

Pour le préserver, il est indispensable de lui offrir une cure de drainage aux grands changements de saisons : printemps qui est sa saison selon la médecine chinoise et automne pour vivre sereinement l’hiver. Voire de le stimuler et de l’aider à se régénérer. Pour ce faire, les plantes offrent une large palette de possibilités.

Des plantes cholagogues (qui facilitent l'évacuation de la bile) et cholérétiques (qui stimulent la sécrétion de la bile) seront choisies pour le drainer.

➢    Trois essentielles : la racine de Pissenlit, la feuille d’Artichaut et le Romarin auxquelles on peut rajouter le jus de Radis noir, l’aubier de Tilleul qui aide également les reins, les jeunes pousses de Genévrier qui est aussi un dépuratif puissant de tout l’organisme…

Des plantes qui en plus d’être cholagogues et cholérétiques ont le pouvoir de régénérer les cellules hépatiques seront à préférer en cas d’agression plus violente comme celle de traitements médicamenteux : médicaments pris « à vie » (anti-hypertenseurs, statines...), chimiothérapie, antibiothérapie de longue durée, corticoïdes, vaccins, changement hormonal à la ménopause...

➢    Trois essentielles : le Desmodium, le Chardon-marie et le Chrysanthellum

Toutes ces plantes se présentent sous plusieurs formes, adaptées à vos goûts : tisanes de plantes sèches, extraits fluides de plantes fraîches avec ou sans alcool : macérats glycérinés concentrés de bourgeons (gemmothérapie), teintures-mères ou ampoules, en gélules de poudre de plante (de préférence extraits standardisés titrés)