Le Ginkgo biloba (Ginkgo biloba - Famille des Ginkoacées) :

Cet arbre qui existe depuis 200 millions d’années et dont tous les spécimens sont encore identiques à leurs ancêtres, est désigné comme «fossile vivant». Remarquable par son adaptation à la pollution et aux stress environnementaux, il est le seul à avoir résisté aux retombées de la bombe atomique d’Hiroshima.

Sa feuille contient de la quercétine (un flavonoïde) et des ginkgolides (des diterpènes) qui lui confèrent ses propriétés vasodilatatrices (capacité d’augmenter le diamètre des vaisseaux sanguins) et d’inhiber l’agrégation des plaquettes sanguines.

Il favorise l’augmentation du flot sanguin aux extrémités (pieds, mains), stimule le tonus veineux, ralentit les pertes de mémoire et de concentration, réduit les vertiges et les acouphènes d’origine vasculaire.

L’Hamamélis (Hamamelis virginiana - Famille des Hamamélidacées) :

Poussant spontanément dans les forêts humides du Canada et du nord des États-Unis , ce petit arbre était utilisé dans la médecine amérindienne.

Ses feuilles et son écorce sont riches en tanins galliques et en flavonoïdes qui lui confèrent ses propriétés astringentes, anti-inflammatoires et hémostatiques.

C’est un excellent vasoconstricteur qui rétablit le tonus veineux particulièrement en cas de varices et d’hémorroïdes.

Il favorise l’ensemble de la circulation sanguine et lutte contre le syndrome des jambes lourdes.

Le Marronnier d’Inde (Aesculus hippocastanum - Famille des Hippocastanacées) :

Originaire des Balkans , il fut introduit en France au XVII° siècle. Au XVIII° siècle, on en tirait un extrait pour le traitement des hémorroïdes. 

Ses graines (les marrons) contiennent une saponine : l’aescine , des coumarines et des flavonoïdes qui lui confèrent ses propriétés vasoconstrictrices et anti-inflammatoires.

Il préserve la perméabilité et la tonicité de la paroi veineuse (effet veinotonique), soulage les symptômes d’insuffisance veineuse dans les jambes (lourdeur et douleurs), favorise la distribution sanguine et contribue au confort des veines anales.

La Vigne rouge (Vitis vinifera - Famille des Vitacées) :

Le terme "vigne rouge" définit un grand nombre de cépages à raisin noir et à pulpe rouge, dont le feuillage rougit en automne. Ces cépages sont appelés "cépages teinturiers". 

Les principaux constituants de ses feuilles sont des polyphénols, des flavonoïdes, des tanins hydrolysables et des antocyanosides , responsables de leur action puissante dans le domaine des troubles veineux et capillaires. Cette action protectrice se manifeste par une diminution de la perméabilité et une augmentation de la résistance des capillaires et des veines. Circulation et microcirculation sanguines sont stimulées et le retour du sang au cœur est facilité.

Et pour lutter contre l’œdème des membres inférieurs, une plante fabuleuse : la Piloselle ! grâce à ses propriétés diurétiques, elle résout les problèmes de rétention d'eau ou d’œdème des membres inférieurs.

Comment la prendre ?
En infusion : environ 10 g de plante séchée pour 1 l d'eau à laisser infuser dix bonnes minutes. Filtrer et boire en dehors des repas, au moins 3/4 de litre dans la journée.
En extrait liquide non alcoolisé, souvent associée à du Bouleau et de la Reine des Prés (comme le propose le laboratoire Dietaroma) à raison d'une ampoule par jour pendant 20 jours. Ou en extrait hydro-alcoolique (teinture-mère) à raison de 30 gouttes 3 fois par jour diluées dans un peu d'eau, en dehors des repas.
En gélules ou comprimés : L’essentiel est toujours de favoriser les extraits standardisés en substances actives afin de garantir une pureté optimale de l’extrait et surtout une efficacité optimale (concentration en principes actifs 5 fois supérieure à la poudre de plante) Il faudra compter au moins 3 gélules de 400 à 450 mg par jour en dehors des repas.