Saisons de mets

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Monodiètes de Printemps - mode d'emploi

 I/ La descente alimentaire en paliers

Cette phase débute 3 jours avant ! A noter que pour une cure d’une seule journée, cette phase s’aménagerait par repas.

Tous les matins, je conseille de boire à jeun le jus d’1/2 citron dans un verre d’eau tiède (les plus pressés auront recours à la spécialité au citron, au pur jus de citron ou de citron vert !). Puis d’accompagner son petit-déjeuner d’un thé vert ou d’une infusion.

Le dessert n’est absolument pas indispensable ! Mais ceux qui ne peuvent terminer leur repas sans une note de douceur s’offriront une compote sans sucre ajouté ou bien se prépareront un petit dessert « maison » léger et sans sucre ajouté, comme cette compote tiède de poires aux baies de canneberge, parfum pain d’épices.

Une collation entre 16h et 17h évitera de manger trop copieusement le soir : une pomme ; une poignée de fruits secs oléagineux (amandes ou noix, noisettes, noix de cajou …) et/ou à chair déshydratés (abricots, figues, pruneaux …) pour les deux premiers jours, simplement des fruits frais la veille de la monodiète.

Si vous avez choisi une monodiète d’un seul fruit, commencez à l’introduire dès le début de la préparation à la cure ; et s’il s’agit d’une monodiète de jus de légumes lacto-fermentés, buvez-en un verre en guise d’apéritif midi et soir.

Cette phase débute 3 jours avant ! A noter que pour une cure d’une seule journée, cette phase s’aménagerait par repas.

Tous les matins, je conseille de boire à jeun le jus d’1/2 citron dans un verre d’eau tiède (les plus pressés auront recours à la spécialité au citron, au pur jus de citron ou de citron vert !). Puis d’accompagner son petit-déjeuner d’un thé vert ou d’une infusion.

Le dessert n’est absolument pas indispensable ! Mais ceux qui ne peuvent terminer leur repas sans une note de douceur s’offriront une compote sans sucre ajouté ou bien se prépareront un petit dessert « maison » léger et sans sucre ajouté, comme cette compote tiède de poires aux baies de canneberge, parfum pain d’épices.

Une collation entre 16h et 17h évitera de manger trop copieusement le soir : une pomme ; une poignée de fruits secs oléagineux (amandes ou noix, noisettes, noix de cajou …) et/ou à chair déshydratés (abricots, figues, pruneaux …) pour les deux premiers jours, simplement des fruits frais la veille de la monodiète.

Si vous avez choisi une monodiète d’un seul fruit, commencez à l’introduire dès le début de la préparation à la cure ; et s’il s’agit d’une monodiète de jus de légumes lacto-fermentés, buvez-en un verre en guise d’apéritif midi et soir.

Jour J-3

Suppression des « excitants » et des « sucreries » : alcool, café, tabac, thé noir, chocolat, biscuits, crèmes desserts, confitures, compotes sans sucre ajouté …

Pour les « becs sucrés », un petit déjeuner sans sucre ajouté qui pourra, selon les goûts de chacun, se décliner en deux versions :

  • 2 ou 3 tranches de pain complet si possible sans gluten ou tout au moins au petit épeautre (afin de ne pas trop encrasser l’intestin) tartinées de purée d’amandes de noisettes, de sésame …
  • Ou bien un muesli composé de flocons de céréales non sucrées et non soufflées, si possible sans gluten (flocons de sarrasin, de quinoa, de riz, de millet …), de graines oléagineuses (tournesol, sésame, lin, chia, courge …), de fruits secs oléagineux (amandes, noisettes, noix de cajou …) et à chair déshydratés (abricots, figues, pruneaux …), d’un yaourt de soja ou de “lait” végétal et de fruits de saisons en morceaux. Les plus pressés se laisseront tenter par le muesli énergie.

Les “becs salés” pourront se régaler d’un avocat d’un porridge de flocons de céréales ou d’amarante aux algues, d’un houmous de légumineuses, ou de 2 œufs à la coque, d’une portion de fromage de brebis ou de chèvre …

ATTENTION ! On évite yaourt sucré, crème dessert, gâteau, petits biscuits … et café à la fin du déjeuner et du dîner !

Jour J-2

Suppression des produits et sous-produits animaux (protéines animales : viandes, poissons, œufs et produits laitiers …) et des huiles et graisses cuites (plats préparés industriels et « maison »).

   Un exemple de menus :

Petit-déjeuner : identique au jour précédent pour les « becs sucrés », mais les « becs salés » se contenteront des propositions végétaliennes (sans œuf, ni fromage) ;

 

Déjeuner :

  • Crudité de saison, graines germées, algues … à volonté, assaisonnées d’un mélange d’huiles respectant l’équilibre Oméga 6 / Oméga 3 (olive et colza par exemple) et d’herbes aromatiques.
  • Un plat de céréales complètes et, si possible, sans gluten (riz, sarrasin, quinoa …) accompagné de légumes frais et de saison, cuits à la vapeur ou à l’étouffée, arrosés d’un peu d’huile, salés avec du tamari ou gomasio.

Deux idées de plats :

 

Dîner :

  • Un gros bol de soupe de légumes frais (sans pomme de terre) enrichie de patates douces, châtaignes, légumineuses (lentilles, pois cassés; pois chiches, haricots …), de fruits secs oléagineux …
  • Ou bien un plat de légumineuses et de légumes crus ou cuits.

Deux idées de dîners :

Jour J-1

Suppression des céréales, légumineuses et des fruits secs et oléagineux.

Un exemple de menus :

Petit-déjeuner et collation entre 16h et 17h : Une salade de fruits frais de saison variés avec un peu de gingembre frais râpé (tonique digestif)

Déjeuner :

Dîner : Une soupe de légumes verts de saison bien cuits sans pommes de terre, ni céréales, ni légumineuses, ni matière grasse et très peu salée (cette « bouillie cellulosique » – terme du naturopathe P. Marchesseau – fait usage de balayage fibreux).

 

Par ailleurs, il est indispensable de vider l’intestin, par purgation, la veille au soir avant de se coucher afin d’éliminer tout ce qui peut fermenter, putréfier ou stagner. Pour cela on choisira :

  • Soit une belle tasse de tisane à base de plantes laxatives : rhubarbe, bourdaine …
  • Soit une cuillère à soupe de psyllium (que vous trouverez en herboristeries et magasins bio), de lin moulu ou de chia entières qu’on versera dans un récipient en les recouvrant d’eau tiède et qu’on consommera après formation du mucilage (sorte de gel gluant)
  • Soit de chlorure de magnésium (pharmacie) ou du Nigari (en magasins bio) : pour les deux, diluer 10 grammes dans ½ litre d’eau et le boire en une seule prise le soir. Attention ! déconseillé en cas d’insuffisance rénale grave !

Sachant que le but n’est pas de donner une diarrhée, fatigante et affaiblissante, mais de provoquer dans les heures qui suivent les selles qui vont nettoyer l’intestin. La « bouillie cellulosique » que l’on aura mangée jouera le rôle de balai.

Christine Calvet - Article écrit pour le site Web des produits Markal - actualité de février 2016

 

 

 

 

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : http://saisonsdemets.fr/?trackback/345

Fil des commentaires de ce billet