Le vieillissement osseux se caractérise par la réduction de la densité minérale osseuse ou ostéopénie/ostéoporose (principalement chez la femme sous l’effet de la privation œstrogénique de la ménopause) et par la diminution de la résistance mécanique de l’os.

    Le vieillissement du cartilage articulaire se caractérise essentiellement par la diminution de son contenu en eau, la réduction du nombre de chondrocytes (cellules composant le cartilage) et la modification de sa composition en glycosaminoglycannes (macromolécules de la matrice extra-cellulaire des tissus cartilagineux). Ces modifications génèrent un amincissement du cartilage et une altération de ses propriétés mécaniques.

    1) Prévenir

  • Une alimentation respectant l'équilibre acido-basique permet de maintenir son capital osseux en évitant que l'organisme puise dans les substances minérales alcalines présentes dans les réserves (os, cartilages)

(voir document précédent « veiller à l'équilibre acido-basique)

De manière générale, il est possible d'éviter un terrain trop acide :

  • en diminuant l'apport d'aliments acidifiants : produits carnés, laitages, sucres et farines raffinés, graisses saturées et huiles non pressées à froid, café, thé noir, céréales à gluten et légumineuses (dans une moindre mesure, ces dernières étant bien pourvues en minéraux alcalins : potassium, magnésium et calcium)

  • en augmentant l'apport d'aliments alcalins : tous les fruits et légumes bio cueillis à maturité (mais attention toutefois aux tomates, à l'oseille, à la rhubarbe... et priorité à l'aubergine, la patate douce, la châtaigne, l'avocat, la poire, la banane...) les huiles végétales pressées à froid...

  • en augmentant la consommation des aliments crus (tout en respectant sa propre capacité métabolique à l'égard des crudités), de graines germées, lde jeunes pousses, d'ail, d'herbes aromatiques, de thé vert...

  • par l'apport de suppléments alimentaires alcalinisants  : lithothamne (source importante de carbonate de calcium, 80 à 90% !), divers citrates alcalinisants proposés par de nombreux laboratoires, aloe vera …

  • en suivant une cure de "détoxication" une, deux ou plusieurs fois par an : cure de raisin en automne par exemple...

  • en mangeant lentement, consciemment, dans le calme et en mâchant bien les aliments (ceci les rend plus alcalins).

  • par des exercices de respiration, marches régulières dans la nature..

par des activités énergétiques harmonieuses et équilibrantes : qi gong, yoga, sophrologie...

Il est utile de tester de temps en temps son pH urinaire, afin de déterminer si le corps cherche à se défaire d'un trop plein d'acides.

En règle générale, un pH est plus acide le matin (deuxième urine après le lever, fréquemment de l'ordre de 5,5 à 6,5), puis présente une valeur d'environ 6,5 à 7 à midi, pour terminer entre 7 et 7,5 le soir.

Cela signifie que la nuit, l'organisme élimine l'excès d'acidité accumulé pendant la journée.

  • Des plantes et minéraux indispensables :

  • l'ortie : elle favorise l'élimination d'acide urique et donc agit bénéfiquement sur les rhumatismes, l'arthrite et même la goutte

  • la prêle : très riche en silice, elle est un excellent reminéralisant

  • le lithothamne ; cette petite algue calcaire rouge est riche en minéraux, oligo-éléments et tout particulièrement en calcium et magnésium totalement assimilables par l'organisme. Elle contribue à la minéralisation de l'organisme et à la préservation du capital osseux. De plus, de Ph basique, elle participe à la neutralisation des terrains acides et à la minéralisation de l’organisme

  • la dolomite : cette espèce minérale dont la composition présente une richesse exceptionnelle et équilibrée en calcium et magnésium est un excellent reminéralisant

  • le bambou, riche également en silice qui possède aussi des propriétés reminéralisantes

  • En nutrithérapie, une supplémentation efficace :

  • Chondroïtine (ou sulfate de chondroïtine) : substance naturellement produite par l'organisme et présente dans le cartilage des articulations (mais aussi dans la cornée, le derme et la paroi des artères) elle est un des constituants essentiels de la matrice du cartilage articulaire, situé à la jonction entre deux os. Elle freine l'évolution de l’arthrose en protégeant les articulations, en permettant de stopper au ou moins ralentir leur dégradation et de relancer la construction du cartilage. Elle soulage les douleurs. Il est recommandé d'en prendre 800 mg à 1200 mg de par jour, répartis en deux ou trois prises dans la journée pour une meilleure assimilation.

Et de l'associer avec de la vitamine C ou du manganèse et de la glucosamine.

  • Glucosamine (ou sulfate de glucosamine) : substance synthétisée par l'organisme à partir du glucose et de la glutamine, un acide aminé, elle joue un rôle essentiel dans le maintien de l'intégrité du cartilage. Lorsque son processus de fabrication se dérègle, un processus de dégénérescence des cartilages se met en place et l'arthrose s'installe.

    La dose préconisée est d' environ 1500 mg en une ou plusieurs prises pendant les repas. En cas d’arthrose déjà bien installée, 2 à 6 semaines sont nécessaires avant que ses effets se manifestent pleinement.

  • Enzymes d'ananas (bromélaïne) pour son action anti-inflammatoire et de papaye (papaïne) pour son action antioxydante

  • L'acide hyaluronique dont une des nombreuses fonctions dans le corps est de lubrifier les parties mobiles comme les muscles et les articulations et dont le vieillissement entraîne une baisse de sa production.

  • Le collagène, protéine fibreuse qui donne leur cohésion à la peau, aux tendons, aux ligaments, aux cartilages et au tissu conjonctif, est surtout un composant essentiel du cartilage, des muscles, des tendons ou des os. Il existe plusieurs types de collagène et le type II est caractéristique du cartilage.La synthèse du collagène dans l'organisme se fait à partir des cellules du tissu conjonctif. Or, cette synthèse diminue dès l’âge de 25 ans, puis s’accélère à partir de la quarantaine (à raison d’un pour cent par an environ). A 60 ans nous en avons perdu plus de 35%! C’est la raison pour laquelle nos articulations souffrent et que notre peau se ride peu à peu. Un apport au long cours en collagène , au moins trois mois et sûrement davantage stimulerait la fabrication de collagène par l’organisme et réduirait les douleurs articulaires. Le collagène marin serait plus facilement assimilé par l’organisme que le collagène animal sans doute grâce à un poids moléculaire mieux adapté. De plus, il ne comporte aucun risque sanitaire de transmission car il provient essentiellement d’arêtes et de peau de poissons ou de cartilage de raie. (la France a interdit l’utilisation des os de ruminants par l’industrie agro-alimentaire depuis l'affaire de "la vache folle")

    2) Soulager par des anti-inflammatoires et des analgésiques naturels :

  • En phytothérapie :

    - Harpagophytum : appelée également Griffe du diable cette plante cette plante rampante est un anti-inflammatoire puissant et de plus, est très riche en harpagoside, un principe actif qui permet une meilleure souplesseet mobilité des articulations.

    - Reine des prés : Un de ses principaux constituant est l'acide salicylique, précurseur de l'aspirine. Elle est un anti-inflammatoire puissant, un excellent analgésique et est diurétique.

    - association curcuma + gingembre : deux anti-inflammatoires généraux puissants en association (la curcumine pour être bien assimilée nécessite un peu de poivre ou de gingembre et un peu de gras) Dans la cuisine pensez par exemple à ajouter du curcuma pur (pas du curry) biologique à vos jaunes d’œufs. Un complément alimentaire de qualité doit être au moins titré à 95% de curcumine et pour développer réellement ses qualités anti-inflammatoires doit être absorbé à raison d'au moins 1 g/jour (à savoir que 100 grammes de curcuma contiennent 3 à 5 grammes de curcumine.)

  • En gemmothérapie :

    - association de Ribes nigrum (Cassis) et Rosa canina (Eglantier) : deux anti-inflammatoires majeurs

  • En aromathérapie , huiles essentielles (HE) en massage sur les parties douloureuses :

    - HE Gaultheria procumbens (Gaulthérie) + HE Eucalyptus citriodora (Eucalyptus citronné) + Laurus nobilis (Laurier noble) + Mentha piperita (Menthe poivrée)  : 1 ml de chaque chaque dans 10 ml d'huile végétale de Noisette - 5 gouttes environ de ce mélange 3 à 4 fois par jour et chaque fois que la douleur se réveille.

Conclusion : le vieillissement étant un phénomène complexe, pas encore totalement expliqué par les médecins mais dont il est important de freiner ses effets indésirables, il apparaît primordial de soigner son hygiène de vie et de supplémenter en compléments alimentaires.