• des vitamines du groupe B, essentielles à notre bien-être mental et émotionnel

  • les vitamine B9 et B6, associées, interviennent dans la synthèse de neurotransmetteurs tels que la sérotonine, la dopamine (qui joue un rôle central dans la motivation) et la mélatonine (hormone du sommeil). Les légumes vert à feuilles (blettes, épinards, salades, choux, artichauts …)les algues, l'avocat, la levure de bière, les légumineuses, les oléagineux (fruits secs et graines), le jaune d’œuf sont les principaux aliments riches en vitamine B9. Présente en forte quantité dans la levure de bière, les poissons gras, les bananes et le poulet, on retrouve également la vitamine B6 dans les céréales complètes, les oléagineux, le cacao, certains fruits (avocat, banane, orange) et légumes (chou, épinards, tomates), le pollen, les champignons...

  • la vitamine B1 favorise le bon fonctionnement du système nerveux en intervenant dans la transmission de l’influx nerveux et permet de lutter contre les problèmes d'irritabilité. Elle se trouve essentiellement dans l'enveloppe des grains, donc dans les céréales complètes, les légumineuses, les oléagineux (fruits secs et graines), tous les légumes, la levure de bière , les œufs, les champignons.

    - des oméga-3 : équilibrant du système nerveux, ils ont un effet bénéfique sur les syndromes dépressifs. Les meilleures sources d'origine animale sont les petits poissons gras : anchois, sardines, maquereaux (peu contaminés en mercure), le saumon sauvage (non pollué du Pacifique Nord), les crevettes, les moules... les meilleures sources végétales sont les graines de chia, de lin, de chanvre et les noix (ainsi que leurs huiles), les huiles de cameline et de colza.

    - des minéraux et oligo-éléments et notamment :

  • du Fer: les sujets dépressifs souffrent souvent de carence chronique en fer. Il est préférable de consommer du fer non-héminiqued’origine végétale présent dans les légumes verts ( orties, persil, basilic, cerfeuil, céleri, fenouil, épinards, mâche, choux, petits-pois, courges, poireaux, oignon cru, champignons...) les algues, les céréales complètes, les légumineuses, les fruits frais et secs (poires, cerises, raisins, pruneaux...) que du fer héminique d'origine animale (viande...) qui augmente le stress oxydatif. Or, une surconsommation de fer héminique augmenterait le risque de diabète de type 2, de maladies cardiovasculaires et de certains cancers (maladies influencées par le stress oxydatif)

  • du Manganèse  qui permet de stabiliser le niveau de glucides dans le sang et d'éviter les changements d'humeur liées à l'hypoglycémie. La carence en manganèse provoque des déséquilibres dans la synthèse des neurotransmetteurs tels que la sérotonine et peut donc engendrer des symptômes dépressifs. Les moules, les palourdes, les pignons, le soja et toutes les légumineuses, les graines de courge, les noisettes et les noix, les ananas , le riz complet, les algues en sont les meilleures sources.

    - du Tryptophane, présent dans les graines de courge, le poisson et la volaille. Et, déjà transformé en 5-HTP dans une merveilleuse plante qu'est Le Griffonia dont il ne faut pas hésiter à se supplémenter si besoin !

    - de la vitamine D, mais l’alimentation seule est insuffisante (foies de thon, de flétan et de morue, saumon, jaune d’œuf, maquereau, sardines, champignons, foie de veau, beurre pour les plus riches) tout comme, en hiver, s'exposer au soleil ne permet plus de la synthétiser suffisamment. Aussi est-il nécessaire de faire appel à des suppléments qui contiennent de la vitamine D3 (deux à trois fois plus biodisponible que la vitamine D2) après avoir fait vérifier son taux de vitamine D sachant qu'idéalement, il faudrait pouvoir en permanence compter sur un minimum de 30 ng/mL (ou 75 nmol/L), niveau permettant d’approvisionner au mieux les cellules et de maintenir au minimum nécessaire les niveaux d’hormone parathyroïdienne.

Et supprimons charcuteries, produits transformés et sucrés qui augmentent les symptômes de déprime.