Éviter les choix désastreux

Un déjeuner respectant la chronobiologie doit être essentiellement dynamisant avec au menu une crudité pour son apport en vitamines et enzymes digestives mais également pour son rôle sur l’effet de satiété et un plat qui associe protéines animales ou végétales et légumes verts cuits. Mieux vaut donc oublier l’offre alentour qui affiche plats industriels vides nutritionnellement, trop riches en graisses saturées et en sel ou sandwiches vite ingurgités.

Il n’est pas judicieux non plus de restreindre son repas à une simple salade qui ne calera pas assez, sera source de fringales dans l’après-midi et favorisera le grignotage.

Pour les intolérants, c’est encore plus compliqué car l’environnement immédiat n’offre que trop rarement encore de la restauration rapide de qualité sans gluten et sans lactose.

Aussi le choix risque-t-il de se porter sur les galettes de riz, les pains industriels sans gluten à base de fécule de pomme de terre et de farine de maïs ou tout autre aliment à indice glycémique élevé et pauvre en nutriments.

La solution est la suivante : Préparer son repas et l'amener à son travail....

(à suivre...)