Pourquoi pratiquer une monodiète ?

Naturellement, plus la réduction alimentaire est sévère, plus le système digestif est mis au repos et plus l’excrétion détoxinante de l’organisme s’amplifie.

La monodiète peut présenter un intérêt thérapeutique et des bienfaits équivalents à ceux qu'apportent le jeûne mais tout en douceur.

Si elle n'offre pas un repos digestif complet comme le jeûne car elle maintient une faible sécrétion d’enzymes digestives, le métabolisme d’assimilation qui en découle est néanmoins très peu coûteux en énergie. Elle permet à l’organisme de mobiliser son énergie pour se nettoyer, de restaurer sa force vitale et même de « s'auto-guérir » si besoin est.

Elle favorise une détoxination plus lente, notamment peu de réactions ecmontorielles violentes sont à craindre en respectant bien les limites conseillées dans chaque cure.

Le corps n'est pas stressé....et nous non plus !

Monodiète, mode d'emploi

La monodiète consiste à consommer uniquement un aliment (un fruit, un légume ou une céréale) en solo ou des légumes mélangés (en soupe ou en jus) par repas, par jour ou sur trois jours de manière régulière par semaine, par mois ou aux intersaisons.

Il ne s'agit pas de s'affamer mais de manger à volonté de cet aliment (sans toutefois se gaver)

Il est généralement préconisé de la réaliser sur trois jours pour une détoxination rapide puis, pour en poursuivre les bienfaits, de maintenir un repas de monodiète par semaine jusqu'au prochain changement de saison.

Attention ! la monodiète de trois jours ne doit pas être pratiquée par les enfants, les personnes âgées , les personnes fragiles ou de faible constitution.

A chacun de choisir sa formule, selon son rythme, le niveau de saturation de son organisme, sa vitalité et son mode de vie. Mais cette pratique gagne à être effectuée à titre préventif afin d'entretenir un bon fonctionnement métabolique général.

Naturellement, il est important de se procurer des produits issus de l’agriculture biologique afin de ne pas charger l'organisme de résidus de pesticides, herbicides et conservateurs.

Par ailleurs, pendant ce repos digestif, il est intéressant de soutenir l'action des émonctoires par une tisane « détox » à boire tout au long de la journée.

Par exemple une association d' Aubier de tilleul (draineur hépato-rénal), de Bardane (plante dépurative majeure à tropisme cutané) de racine de Pissenlit (draineur hépatique et intestinal), de Romarin (draineur hépatique et tonique général de l'organisme) et d'Ortie (diurétique et reminéralisante)

Pourquoi trois jours ? Parce qu'au bout de trois jours les toxines « circulantes » situées dans les cellules et le milieu interne (lymphe et sang) sont évacuées.

Monodiète ou cure saisonnière : respecter les saisons

* la cure uvale ou « grand nettoyage d'automne »

Souveraine pour effectuer en même temps un drainage général de l'organisme et le régénérer, la cure de raisin permet, en douceur et dans le plaisir, de dynamiser son potentiel de vitalité et de se donner les moyens d'accueillir l'hiver.

Elle consiste à consommer uniquement de un à trois kilos de raisin par jour, en six ou sept prises fractionnées.

Attention ! Elle est interdite aux personnes atteintes de diabète.

C'est une cure de nettoyage de tout l'organisme dont les effets sur la santé sont reconnus : réduction de tous les troubles digestifs et de la constipation , baisse du taux de cholestérol sanguin, disparition des problèmes cutanés et éclaircissement du teint, amélioration des états arthritiques (mais plusieurs cures sont nécessaires pour obtenir un résultat), du sommeil...

    Drainante du foie et dépurative du sang, elle est également une bonne prévention contre les hémorroïdes et augmente le taux de ferritine (le niveau des réserves en fer de l’organisme s'avère plus élevé après la cure)

* la monodiète de pommes pour entrer (dans) ou sortir (de) l'hiver

Elle consiste à consommer uniquement de un à trois kilos de pommes par jour, crues ou cuites (entières ou sous forme de compotes mais toujours cuites à la vapeur douce) . Il convient de rappeler qu'une cure de pommes exclusivement cuites sera plus drainante et il conseillé d'ajouter de la cannelle qui, entre autres, calme l'estomac, empêche les fermentations intestinales et combat le Candida albican.

Le Dr Valnet, fervent partisan de cette cure, la qualifie de « rajeunissant tissulaire » insistant sur son rôle de dépuratif général et de stimulant et décongestionnant des cellules hépatiques. En outre, cette cure possède des vertus anti-rhumatismale, diurétique, laxative douce et tonique musculaire. De plus, une consommation régulière de pommes aide à la maîtrise ou à la réduction de poids.

* la monodiète de riz en hiver...ou après les excès des fêtes de fin d'année

Inspirée de la macrobiotique, cette cure convient aux sujets frileux, dévitalisés, nerveux, actifs et désireux de décrasser l'organisme après les excès de table des fêtes de fin d'année.

Cette cure utilise du riz mi-complet ou complet (pour ceux qui n’ont pas un intestin fragilisé) comme unique alimentation, du matin au soir, et à volonté. Le riz peut être aromatisé avec de la sauce soja tamari, gomasio, des fines herbes, des épices. Si manger du riz au petit-déjeuner rebute, on peut opter pour de la crème de riz (farine précuite) dont on préparera une bouillie assaisonnée avec de la cannelle, de la pâte miso ou du soja.

Ce qui fait du riz un aliment idéal pour une monodiète c’est qu'il ne contient pas de déchets, connus sous le nom de purines qui sont des « poisons » pour l’organisme.

A titre d'exemple, quelques dosages comparatifs de purines en mg pour 100g d'aliments :

Viande = 1500 ; Poisson = 150 ; Café = 1000  ; Thé noir = 2800 (mais thé vert = zéro !) Pain complet au levain = 50  ; Riz = zéro....

De plus, le riz a un grand pouvoir nettoyant: il détoxifie le sang , nettoie les tissus en profondeur et contribue à désacidifier très activement le terrain .

Cette cure convient tout premièrement aux rhumatisants, arthritiques et à tous ceux qui souffrent de maladies chroniques inflammatoires.

* on peut préférer d'autres céréales mais seul le riz possède cette vertu particulière de détoxination du sang et de nettoyage des tissus en profondeur. En tout état de cause, éviter de choisir des céréales contenant du gluten, beaucoup trop « encrassantes » et acidifiantes pour l'organisme ainsi que des céréales raffinées à index glycémique élevé)

* pour l'hiver également, la cure de soupe de légumes : peu frustrante, et réchauffante, elle permet notamment de neutraliser les effets de repas trop copieux. Par ailleurs, elle désacidifie l'organisme. Assez comparable à la cure de pommes cuites  elle est à privilégier lorsqu'on préfère le salé au sucré.


* au printemps, la cure de jus de légumes lacto-fermentés

    La lactofermentation détoxifie les aliments , augmente leur teneur en vitamine C et en vitamines du groupe B (notamment la B12), facilite la digestion et, surtout, régènère la flore intestinale.

    Elle est particulièrement indiquée après une antibiothérapie. (le jus de carotte purifie peau et foie, le jus de betterave vitalise et nettoie les intestins, le jus de chou favorise un bon équilibre digestif et intestinal en particulier)

    Elle consiste à boire environ un litre de jus de légumes lacto-fermentés par jour, en cinq prises environ et en alternant les légumes. Il est conseillé de la compléter par un litre d'eau filtrée ou de tisanes non sucrées.

* quelques autres monodiètes possibles pour le printemps

  • de fraises: diurétique, laxative, anti-goutteuse, anti-rhumatismale, contribue à l'élimination de l'acide urique, régularise le fonctionnement du foie et draine la vésicule biliaire

  • de céleri: riche en potassium et en sodium , apporte de nombreux minéraux et antioxydants, lutte contre l'hypertension, le diabète, l'ostéoporose et agit sur les reins

  • de carottes : excellente source de bêtacarotène, de potassium, d’oligoéléments et d'antioxydants, recommandée contre les rhumatismes.

    Une préparation tout en douceur

    La monodiète de trois jours s'accueille comme une merveilleuse parenthèse dans nos vies trépidantes et de surconsommation, un temps pour se consacrer à soi-même, et c'est pour cela qu'il est préférable de choisir une période de repos (week-end prolongé ou vacances) pour l'entamer. Toutefois, il est possible de continuer à travailler car elle n'épuise pas l'organisme.

    La veille d'une monodiète (de trois jours ou d'une seule journée), il est souhaitable de supprimer les sucreries, l’alcool, le café, les graisses cuites, d'alléger son assiette qui sera exclusivement végétale. Le repas du soir consistera en une soupe de légumes verts de saison, sans pommes-de-terre ni matière grasse et très peu salée : « bouillie cellulosique » (terme du naturopathe P. Marchesseau) faisant usage de balayage fibreux de l'intestin.

    Pendant la cure...

    Au lever, un verre d'eau chaude additionnée de jus de citron frais pressé sans sucre ni miel aidera à l'élimination des toxines.

    Par ailleurs, il est indispensable, dans la journée, de boire beaucoup d'eau pure et de tisanes dépuratives (Gentiane, Chardon marie, Romarin, Fumeterre, Artichaut, racine de Pissenlit... pour les filtres de la sphère digestive ; queues de Cerise, Orthosiphon, Frêne, Bouleau, Reine des près... pour le filtre rénal ; Plantain, Trèfle rouge, Salsepareille.. pour purifier le sang)

    Il est important de manger à sa faim, dans le calme et en prenant soin de bien mastiquer.

    Autant que faire se peut, se préserver du bruit, de la pollution, du stress, du trop chaud et du trop froid, rester en contact avec la nature (marches courtes) , pratiquer la méditation ainsi que des exercices de relaxation ou de qi gong , de yoga ...

    Le corps peut réagir : selles et urines de couleur et d'odeur différentes, mauvaise haleine, maux de tête, apparition de boutons, … Ces manifestations ne sont pas alarmantes, au contraire, elles témoignent de l'élimination, par les émonctoires, de la toxémie remise en circulation.

    Il faut les accepter et avoir recours à des petits remèdes simples pour les atténuer: verre d'eau tiède contre les migraines, bouillotte sur le foie, gingembre râpé dans un peu d'eau chaude citronnée contre les nausées....

    En cas de constipation, une infusion de fleurs de mauve, de racine de guimauve et de semences de fenouil agira comme laxatif doux.

    Réussir la reprise alimentaire et redynamiser l'organisme

    La faim, à l'issue d'une monodiète, peut-être très « ciblée » sur des aliments inappropriés.

    Or, il ne s'agit pas de gâcher les bénéfices acquis lors de la cure ni de provoquer des désordres de santé par un apport brutal de toxines (celles des charcuteries par exemple)

    Ainsi, afin de réhabituer en douceur le système digestif à assurer sa fonction de digestion, la reprise alimentaire se fera progressivement en ne mélangeant pas trop d'aliments au départ et en réintroduisant tout d'abord des salades de crudités et des légumes, puis des céréales et en dernier lieu les produits carnés.

    Après la cure de riz ou autre céréale, il convient en revanche de ne pas réintroduire les fruits et légumes crus durant quarante huit heures afin d'éviter des fermentations et putrescences gastro-intestinales. La reprise idéale étant de rajouter des légumes cuits à la portion de riz habituelle.

    En outre, il est souhaitable de continuer à stimuler foie et vésicule biliaire en buvant au petit-déjeuner un verre de jus de carotte additionné d'une goutte d'huile essentielle de romarin à verbénone et de privilégier les légumes riches en potassium (poireaux, artichauts, fenouil, céleri-rave, betterave rouge...) dont l'effet diurétique est reconnu.

    Ensuite, afin de combler les carences qui pouvaient exister avant la détoxination et de se recharger en vitamines et minéraux, la prise de reminéralisants : prêle, ortie, bambou, lithothamne, magnésium marin... ainsi qu'une cure de gelée royale ou de pollen frais, ginseng, acérola en association et une supplémentation en omégas-3 seront utiles. Sans oublier de faire la part belle aux aliments riches en vitamine C et antioxydants mais aussi de rajouter algues et graines germées dans son assiette de crudités.

    Quel mode de vie après une monodiète de 3 jours ?

    Au terme de ces trois jours de cure, on se sent « comme neuf », le teint est plus lumineux, le sommeil plus profond et le réveil plus tonique, la fatigue s'est envolée et l'on résiste mieux au stress.

    Alors ne serait-ce pas l’occasion d’analyser notre rapport à la nourriture et notre relation au corps, de comprendre qu'une majorité de nos désordres de santé est dû à une alimentation irrationnelle non adaptée à notre tempérament , à nos capacités digestives et ne tenant pas compte des incompatibilités alimentaires entre les divers groupes d'aliments ?

    Car comme n'hésite pas à l'écrire, le Pr. Joyeux, cancérologue bien connu, « Hippocrate avait raison: l'alimentation peut devenir notre seul médicament. C'est la base de la médecine préventive, celle vers laquelle nous devons de plus en plus nous tourner. »

    En outre, adopter un comportement alimentaire équilibré et raisonnable, choisir « d'exister sobrement » comme dit le biologiste Désiré Mérien, est un acte éco-citoyen qui défie nos sociétés de surabondance et nous fait découvrir que la non-consommation ne rime pas avec le manque !