Saisons de mets

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Recettes de santé naturelle

«  La maladie n’est en réalité que la traduction d’un travail intérieur de neutralisation et de déblayage toxique, qu’accomplit l’organisme dans un but de conservation et de rénovation ». Dr Paul Carton (1875 – 1947; fut un pionnier de la médecine naturelle)

Fil des billets - Fil des commentaires

vendredi 13 janvier 2017

Cultiver sa vitalité et sa bonne humeur pour entamer l'année du bon pied

    Souvent nous entamons l'année fatigués physiquement et psychiquement. En effet, notre organisme subit refroidissements et assauts répétés des germes depuis l’entrée dans l'hiver ainsi que l'effet conjugué de la baisse de luminosité, (laquelle agit sur notre bonne humeur en stimulant l'hypophyse) et la baisse du taux de vitamine D (qui protège les neurones synthétisant la dopamine et la sérotonine) dans le sang. De plus il est éprouvé par les excès alimentaires des fêtes, la tendance à se réfugier dans des plats réconfortants trop lourds et trop gras et nos conditions de vie souvent épuisantes et perturbantes.

    Adopter des mesures hygiéniques en révisant son mode de vie et en ayant recours à certaines plantes et minéraux permet de repartir d'un bon pied !

Lire la suite...

jeudi 15 décembre 2016

Aider son organisme à préparer des lendemains de fêtes qui chantent

Les agapes gourmandes de fin d'année approchent, déjà les chocolats circulent au bureau...

L'idéal serait que nous écoutions nos sensations de faim et de rassasiement, que nous nous faisions plaisir avec juste ce qu'il faut de foie gras, de saumon, de bûche , de chocolat, de bons vins...

Mais souvent nous passons outre ce que nous dit notre estomac dans ces repas de familles préparés avec amour mais hélas interminables, trop copieux, composés de plats caloriques et lourds, dans ces joyeux réveillons entre amis, non moins foisonnants de mets et très arrosés.

Or, ces excès d'aliment produisant des toxines ont un impact sur notre organisme : ce ne sont pas le foie débordé, les reins qui ne peuvent plus éliminer et les intestins bloqués qui nous diront le contraire !

Toutefois, il est possible de préparer son organisme au choc de ces excès de table.

Lire la suite...

vendredi 02 décembre 2016

Autres conseils pour préserver et nourrir l'énergie du Rein

Pour tonifier l'énergie du Rein, aliments à privilégier en hiver ?

Pour réchauffer les reins, stimuler les glandes surrénales et le système nerveux sympathique, quelques plantes tonifiantes ?

La boisson de la saison ?

Et bien sûr protéger correctement la région lombaire, zone du corps particulièrement fragile en cette saison, ainsi que les pieds et les oreilles !

Lire la suite...

jeudi 17 novembre 2016

Conseils pour l’hiver selon la médecine chinoise : protéger et restaurer l’énergie du Rein !

L'hiver est relié à l'élément Eau et au couple de méridiens Rein/Vessie, la saveur associée est la saveur salée (mais en excès, au contraire, elle lèse le Rein), l’émotion correspondante est la peur.

En médecine chinoise, le Rein englobe les glandes surrénales, l'appareil génital mais aussi les os, les cartilages, les ligaments, la moelle osseuse, la moelle épinière et les cheveux.

Sur le plan physiologique, on peut trouver des problèmes rénaux, des mictions trop fréquentes, des œdèmes, des désordres gynécologiques pour les femmes, des déséquilibres hormonaux, des problèmes d’audition, une fragilité osseuse, une frilosité excessive, des cheveux ternes et fins...etc.

Lire la suite...

lundi 03 octobre 2016

Un automne tonique et souriant !

L'automne, temps de « reprise » : rentrée scolaire, travail, routine quotidienne, est une saison « d'entre-deux » difficile pour beaucoup d'entre nous où la fatigue souvent s'installe.

Une cure dépurative, principalement axée sur le Foie et l'Intestin suivie d'une relance de l'organisme et notamment de la stimulation de nos défenses immunitaires, nous permettra de retrouver notre tonus, nous aidera à lutter contre les infections virales de l'hiver et à vivre sereinement cette transition vers la saison froide.

Lire la suite...

vendredi 16 septembre 2016

Tout un menu sans gluten et sans lactose à savourer dans une même assiette

Nous entamons la rentrée avec la ferme volonté de manger sain, équilibré, de réduire le gluten, le lactose, le sucre, le sel...dont nous connaissons les désagréments sur notre organisme sans pour autant faire de concession à la gourmandise .

Notre mode de vie ne nous permet souvent pas, en semaine, de passer beaucoup de temps à cuisiner ni même parfois à table. Comment concilier diététique et facilité de préparation, ne pas céder à la tentation de se remplir l'estomac d'une grosse assiettée de pâtes blanches nappées d'une sauce tomate industrielle et d'un trop plein de gruyère râpé ou d'une quiche prête à réchauffer trop grasse et trop salée … ?

L'assiette complète est une réponse créative, ludique et écologique à composer en famille pour une pause repas conviviale et savoureuse.

Comment la garnir pour obtenir un repas équilibré  ?

Lire la suite...

vendredi 12 août 2016

Des légumes et des céréales pour savourer l'été autour de plats complets !

En vacances, le petit-déjeuner est vécu comme un moment gourmand et privilégié pour lequel le temps n’est plus compté !

Le dîner, qu’il soit pris en famille, chez des amis ou au restaurant, est synonyme quant à lui de joyeuses soirées conviviales dans lesquelles on aime s’attarder.

Mais qu’en est-il du déjeuner ? Eh bien il est souvent vécu comme une contrainte, et il se transforme très vite en pique-nique peu équilibré où l’on sort chips, sandwichs saucisson ou thon mayonnaise … !

Pourtant, la chronobiologie nous enseigne que c’est l’heure où notre organisme :

  • Sécrète des protéases et des amylases (enzymes qui « digèrent » les protéines et les amidons) pour relancer le processus de fabrication des contenus cellulaires de tous les organes ;
  • Stocke les réserves protéiniques et de globulines de défenses du système immunitaire.

Donc ce déjeuner, repas de base, se doit d’être « dense » et « dynamisant », avec au menu des protéines animales (viande, poisson, œuf) ou végétales (céréales, légumineuses et graines oléagineuses), et des légumes frais (pour leurs fibres et vitamines) pour les accompagner.

Lire la suite...

lundi 01 août 2016

Etre ou ne pas être végétarien ?

Scandale de la vache folle hier, dont tout le monde se souvient, images chocs des abattoirs et des élevages de cochons, poules qui ne voient jamais le jour, auxquelles personne n'a pu échapper aujourd'hui...

Sans oublier l’impact sur l'environnement : la FAO a évalué à 14,5% les émissions des gaz à effet de serre issus de la filière de l’élevage !

Pour ceux et celles que des raisons éthiques conduiraient à supprimer la chair animale de leur alimentation, voici un petit topo sur le régime végétarien.

Lire la suite...

vendredi 22 juillet 2016

La figue de barbarie : un joli fruit aux couleurs vives et aux étonnantes propriétés antioxydantes !

Le vieillissement et les maladies dégénératives associées à l’âge : cancer, maladies cardiovasculaires, diabète, insuffisance rénale, démences, Alzheimer et Parkinson, cataractes, ostéoporose...sont dus à l’usure engendrée par des molécules très réactives liées à l’oxygène, appelées radicaux libres. Ces radicaux libres sont à l’origine du « stress oxydatif » (ou stress oxydant) qui abîme à chaque instant nos membranes cellulaires, dégrade les protéines… bref, fait vieillir notre organisme et nous rend malades.

Les signes les plus visibles de cette détérioration sont les rides qui se creusent chaque année et qui sont provoquées par la dégradation des protéines de structure du derme.

Autres exemples : la cataracte est le résultat, sous l’effet du soleil ou du tabac, de la dénaturation des protéines du cristallin sont dénaturées ; oxydé par les radicaux libres, le cholestérol se dépose le long des artères et provoque un infarctus ; le support du code génétique, l’ADN, est bombardé chaque jour par les attaques des radicaux libres qui causent des lésions. Lorsqu'elles ne sont plus réparées, le code génétique est altéré, et ceci peut conduire au cancer.

Lire la suite...

mercredi 13 juillet 2016

Le pourpier: une mauvaise herbe qui nous veut du bien!

Le pourpier (Portulaca oleacera) dont le nom vient du latin populaire « pullipes » , littéralement pied de poulet à cause de sa forme, est considéré à tort comme une mauvaise herbe sans doute parce que ses tiges rougeâtres, ramifiées et rampantes sont plutôt envahissantes.

C'est pourtant une des plus anciennes plantes potagères.

Originaire des régions tropicales et subtropicales de l'ancien monde et de l'Ouest de l'Asie , il était cuisiné comme un légume en Perse et utilisé comme plante médicinale en Egypte, il y a 2000 ans de cela .

Appelé Portulacca par les Romains et Andrachme par les Grecs, il figurait également à leur menu. Les Arabes en raffolaient paraît-il et des recettes du Moyen-âge le citent, haché, en ragoût.

Sa culture était très répandue dès le XIIIème siècle et il avait même sa place , au XIVème siècle,dans les jardins princiers quand il fut introduit en Europe en 1582 par les anglais.

Le jardinier de Louis XIV, Jean-Baptiste de la Quintinie, avait empiriquement conclu aux excellentes propriétés nutritionnelles du pourpier et le classait parmi les salades de santé”.

Tombé ensuite dans l'oubli, il est longtemps resté introuvable hormis sur les marchés d'été du Sud de la France . C’est le succès du régime crétois qui l'a remis sur le devant de la scène.

Où et quand le cueillir, comment le reconnaître?

Lire la suite...

dimanche 26 juin 2016

La trousse d'urgence en aromathérapie pour partir en vacances

Bientôt les premiers départs en vacances...

Afin d'éviter que des petits désagréments ne gâchent ces précieuses journées, pensez à préparer votre trousse d'urgence en aromathérapie !

Lire la suite...

Bien choisir et utiliser les huiles essentielles : dernière partie

A vos flacons et vos pipettes...quelques recettes !!!

HE = huile essentielle ; HV = huile végétale

Lire la suite...

Bien choisir et utiliser les huiles essentielles : 3ème partie

II/ Modes d'application des huiles essentielles : cataplasme, voie olfactive et diffusion

Outre la voie cutanée en dilution huileuse, la plus recommandée car très efficace et la moins délicate, et la voie orale à manier avec grande prudence et de préférence guidé par les conseils d'un thérapeute, trois autres modes d'application des huiles essentielles sont intéressants.

Lire la suite...

Bien choisir et utiliser les huiles essentielles : 2ème partie

II/ Mode d'application des huiles essentielles : la voie orale

La prise par voie orale des huiles essentielles est la voie la plus délicate. Ingérer des huiles essentielles nécessite de nombreuses précautions et ne devrait être utilisée qu’après avoir demandé l'avis d’un conseiller en aromathérapie.

Elle est contre-indiquée pour les femmes enceintes et allaitantes ainsi que pour les enfants de moins de 6 ans.

Une solution intéressante dans ce cas est d'avoir recours aux hydrolats.

Lire la suite...

Bien choisir et utiliser les huiles essentielles : 1ère partie

Une huile essentielle est un extrait liquide très complexe, résultat de l'extraction de l'essence d'une plante aromatique. L'essence d'une plante est élaborée au cours de la photosynthèse, elle est donc issue de l'action du soleil sur le végétal . C'est une véritable réserve énergétique et les essences et huiles essentielles sont des produits très actifs qui doivent être employés avec précaution et jamais de manière prolongée.

Le saviez- vous ?

- L' HE de Thym détruit le colibacille Escherichia coli, bactérie vivant normalement dans l'intestin mais pouvant contaminer l'environnement, en 2 à 8 minutes.

- Le staphylocoque « rend l'âme » au bout de 3 à 8 minutes !

Lire la suite...

jeudi 26 mai 2016

Haut les couleurs ! Un menu coloré et vitaminé pour apprivoiser le soleil

La principale source de l'indispensable vitamine D (moins de cancers, moins d'infarctus, moins de pathologies articulaires, moins de dépression...lorsqu’elle est présente en quantité suffisante dans le sang) est l'exposition au soleil. Or,entre la fin du mois d’octobre et celle du mois de mars, en raison d’une variation de la longueur d’ondes du rayonnement ultraviolet, s'exposer au soleil ne permet pas de la synthétiser suffisamment. Notre organisme la met en réserve mais la moitié est éliminée rapidement, et nous laisse en déficit à partir de novembre, avec le taux le plus bas en février. Les beaux jours sont l' occasion unique de restaurer nos réserves . Les chercheurs affirment qu'une exposition quotidienne d'une quinzaine de minutes, entre 11 heures et 15 heures, de la plus grande surface possible de peau , sans écran solaire, le visage protégé par un chapeau, et sans aller jusqu'à la rougeur, active la synthèse de vitamine D, qui constitue une protection puissante contre le cancer. Attention, le reste de la journée, il ne s'agit pas de s'adonner à un bronzage intensif mais au contraire porter chapeau, lunettes et vêtements ou... se tenir à l'ombre !

N'oublions pas que notre alimentation peut nous aider à apprivoiser ce merveilleux soleil et à se protéger des effets néfastes des ultraviolets en excès , pourvoyeurs de radicaux libres accentuant le stress oxydatif. Soigner le contenu de son assiette, permet d’offrir à son organisme de quoi donner à la peau un joli hâle, un teint éclatant, la nourrir et la protéger du dessèchement cutané.

Lire la suite...

mercredi 11 mai 2016

Quatuor majeur pour jambes légères !

L’arrivée des premières chaleurs rime souvent avec sensation de lourdeur dans les jambes. 

Les chevilles et la partie inférieure des jambes sont gonflées par l’œdème, signe que le système lymphatique et la circulation veineuse de retour ne sont pas parfaitement en harmonie : de l’eau et des protéines s’échappent par les capillaires artériels et se trouvent mal résorbées par les capillaires veineux et lymphatiques. 

Ce phénomène appelle la prescription de toniques veineux.

Quatre plantes majeures favorisent la circulation sanguine et s’opposent à ces symptômes désagréables : le Ginkgo, l’Hamamélis, le Marron d’inde et la Vigne rouge.

Il est recommandé de les associer pour un effet optimum.

Lire la suite...

vendredi 08 avril 2016

Avril, délicieux mois tout fleuri….mais aussi mois des allergies !

Avril si joliment fleuri signe pour certains le retour des allergies saisonnières : nez qui pique, éternuements, gorge qui gratte, irritation des yeux, démangeaisons....

Comment atténuer voire même éviter ces désagréments ?

Lire la suite...

jeudi 31 mars 2016

Merveilleuse cure de printemps avec la sève de bouleau

Une des meilleures cures au printemps pour épurer l'organisme des toxines accumulées pendant l'hiver et retrouver sa vitalité est la cure de sève de bouleau.

Excellent draineur des reins, du foie et du pancréas, elle active la diurèse et l'élimination des déchets organiques  et notamment des déchets acides.

De par sa forte teneur en antioxydants, en sels minéraux (dont calcium et potassium en grande quantité) et en vitamines B et C, elle reminéralise, régénère et stimule le métabolisme.

k9009979.jpg

Lire la suite...

jeudi 24 mars 2016

Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur les Oméga-3

Acides gras essentiels aux propriétés bénéfiques pour notre santé car ils jouent notamment un rôle majeur dans l’inflammation, la pression artérielle, la coagulation sanguine, la fonction cardiaque, les fonctions cérébrales, la protection des muqueuses digestives, la croissance osseuse... les Oméga-3 appartiennent à la famille des graisses polyinsaturées et sont composés de trois principaux « membres »

- L’acide alpha-linolénique (ALA)

- Les acides gras EPA et DHA

Les trois sont indispensables à une bonne santé et ne peuvent être apportés que par l'alimentation car notre organisme ne sait pas les fabriquer lui-même.

Par ailleurs, bien que notre foie sache transformer l’acide alpha-linolénique en EPA et DHA, il le fait en quantité insuffisante et, surtout, de moins en moins bien en prenant de l'âge. Aussi est-il vraiment nécessaire de consommer des aliments qui contiennent les trois.

Lire la suite...

- page 2 de 6 -